L’automobile française rebat les cartes du marché


Après plusieurs années où l’automobile française avait connu une sérieuse concurrence de la part des Allemands et de l’incontournable Nippon Nissan, le secteur est en train de reprendre des couleurs et rebat les cartes du marché. En effet, l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi se positionne comme un leader mondial au moment où PSA se positionne comme un leader européen. Pendant, ce temps, les marques allemandes sont dans la tourmente après le scandale sur les moteurs truqués. Aujourd’hui, on peut dire que le marché européen est en pleine mutation.

A voir aussi : Mini-golf : pourquoi se laisser séduire ?

PSA, le champion européen

On peut dire que le constructeur français affiche aujourd’hui une forme étincelant avec un chiffre d’affaires qui augmente d’année en année. Rien que durant le premier semestre de l’année 2017, le chiffre d’affaires de PSA a bondi de 17% avec 29.5%.

Sur un marché qui a progressé de 2.6% ces derniers mois, il faut dire que les marques du groupe au losange (Dacia, Renault, Alpine, Lada et Renault Samsung motors) affichent une hausse de plus de 10%. De quoi mettre de l’eau dans le moulin des salariés qui réclament une hausse des commandes.
Pour sa part, la marque Peugeot a sensiblement renforcé sa position dans le lot des grands constructeurs mondiaux après avoir racheté Opel. Dès lors, en élargissant son périmètre, le groupe PSA se positionne comme le deuxième fabricant en Europe avec pas moins de17% de parts de marché sur le premier semestre.

A lire aussi : Mieux comprendre le marketing positif

À noter aussi que le rachat des filiales britanniques et allemandes de Général Motors constitue un véritable pari pour PSA même si le prix de la transaction va être largement couvert par les synergies. À terme, tout ceci est estimé à plus de 1.7 milliard d’euros par an. Selon le patron du groupe, Carlos Tavares, l’objectif est d’arriver à un véritable retour à la rentabilité d’ici 2020.

Un environnement propice

Il faut dire que l’embellie que connait le secteur automobile français n’est pas vraiment fortuite. En effet, il s’agit d’un secteur qui profite pleinement des déboires de la concurrence allemande d’une reprise de confiance des consommateurs par rapport aux véhicules français jadis réputés trop fragiles et pas assez stylés. Chez Renault, par exemple, l’heure est aux SUV qui apparaissent comme de véritables prouesses techniques. Les ventes Auto GM de la marque ont d’ailleurs explosé outre Atlantique, en Afrique et dans les pays asiatiques. Ce qui est de très bon augure, surtout lorsqu’on sait que le marché automobile est en pleine mutation.